A Propos

ERIC GUTIERREZ : REPORTER PHOTOGRAPHE - TELE-PILOTE DE DRONES

Eric GUTIERREZ, né en 1968 a TOULOUSE (31), si ma formation initiale de Technicien de Bureau d’Etude ne me destinait pas a priori au métier de photographe, ma passion pour le dessin, la musique  et la photographie en a décidé autrement.

J' aime me fondre dans le paysage, me glisser dans la peau d'un anonyme jusqu'à me faire oublier pour capter la sincérité de l'autre dans l'intimité de son quotidien.
C'est ainsi que je met également mon expérience acquise au fil de mes reportages au service des entreprises et des institutions depuis plus de douze ans.
Quelque soit le sujet, je conduit mon travail avec la même exigence : partager la richesse de mes rencontres, restituer les émotions et les instants de grâce qui me  sont offerts aux quatre coins du monde.

Les années passèrent, m'apportant du travail par-ci par-là, de fêtes en évènements divers. À l'âge de 40 ans, je décida de m'investir sérieusement dans mon art de prédilection

J'ai suivi une formation de 2ans a l’école «  Lignes & Formations » en tant que Reporter photographe Option  retouches numériques a  Paris .

J'ai adhéré dès 2010 a la FPF (Fédération Photographique de France), dont je partage le professionnalisme et l'esprit de solidarité.

Perfectionniste, je prend soin de chaque photo afin que la qualité et l'exactitude fusionnent avec l'émotion de l'image."J'aime que les gens comprennent directement ce que j'ai voulu mettre en avant. Je suis à la recherche de la lumière exacte, de la netteté et du moment précis qui rendra l'image unique.
Grâce à la photo je fais partager aux autres ma vision du monde, je travaille énormément en couleur pour rester le plus fidèle possible à la réalité. Cependant, j'apprivoise petit à petit le noir et blanc cela permet d'intensifier l'émotion de chaque photo."

Depuis, la photographie fait partie de moi; c'est comme si j'avais découvert un nouveau monde intérieur que je me dois d'explorer. La photographie est omniprésente et affecte constamment ma perception des choses. Quand je marche dans la rue, je ne peux me contenir à penser comment photographier cela, la lumière est vraiment belle, cela ferait une superbe photo.

J'attache beaucoup d'importance au contact avec les autres, car la photographie, bien qu'étant un monde de solitaire, amène à faire beaucoup de belles rencontres pour qui sait s'ouvrir et écouter. C'est surtout grâce à cela que j'ai pu progresser, grâce à l'échange avec les autres photographes, via des rencontres ou via Internet et ses nombreux forums. J'aime aussi transmettre ce que j'ai pu apprendre.

Aujourd'hui, je reste au cœur des évènements culturels , photographe officiel du club de Foot Américain des OURS de TOULOUSE , je réalise également des reportages pour des mariages, des baptêmes, des communions, des fêtes de familles, pour des entreprises dans tous secteurs d'activités ainsi que dans la communication et réalise aussi de la photographie en studio et depuis quelques temps, j'ai decide de passer le brevet de Tele-pilote de Drones

--- Eric GUTIERREZ ---

 

Pourquoi choisir un DRONE ?

Le principe d’un drone dédié à la prise de vues est assez simple: imaginez une caméra volante.

Capable d’aller presque partout, très prés, très bas et assez haut  de virevolter avec précision dans les airs, d’exécuter des travellings et des panoramiques stables et fluides à en couper le souffle, de voler en intérieur ou entre des bâtiments très proches,  de rester de longues minutes en vol stationnaire, de descendre à la verticale d’une centaine de mètres à ras de terre ou de mer, ce en quelques secondes.

 Que ce soit en photo ou en vidéo, c’est un outil fabuleux qui libère la créativité, ouvre de nouveaux possibles, à des coûts à peine croyable il y a encore quelques années.

Réaliser des mouvements spectaculaires et variés en un même vol – type steadycam, grue et hélicoptère – devient maintenant possible

Ses principaux avantages

 Non polluant, abordable

  • Multiples points d’élévation possibles sur quelques heures (en fonction de l’éloignement)

  • Stabilité et grande fluidité des images tournées

  • Proximité avec le sujet à filmer ou photographier (quelques mètres à peine)

  • Vitesse d’évolution allant à près de 50 km/h.

  • Grande latitude d’évolution autour du sujet de par sa maniabilité et sa réactivité

  • Grâce au GPS, retour très précis au même point de vue, à différents intervalles de temps

  • Autonomie par vol = 25 - 30 minutes selon le drone et la météo (multiples décollages successifs après changement des batteries)

  •  Vol stationnaire

  • Accès à distance à des zones dangereuses ou impraticables

  • Opérationnel partout en France et à l’étranger

Les contraintes techniques

En vidéo, le vent, les vibrations, les changements de lumières, les déplacements trop rapides (autofocus des caméras), les contrastes trop marqués (un bateau blanc au soleil, sur un lac très sombre par exemple)… deviennent autant d’obstacles à la réussite des plans.

Il est donc impératif d’utiliser du matériel adapté et de qualité. En outre, je suis  beaucoup plus dépendants des contraintes météorologiques et les fenêtres de tournage sont plus restreintes.

Les tournages sur des sites industriels, pour des productions TV ou autres sites classés peuvent présenter des contraintes réglementaires et administratives conséquentes qu’il est nécessaire d’intégrer dans les propositions commerciales.

Pour donner un ordre de grandeur, la réalisation de vidéos (une série de plans aériens différents) pour un camping par exemple peut se faire en une journée si les conditions sont favorables. Mais de la même manière que pour les photos chez un particulier, le temps de préparation, déplacement, installation… est conséquent, d’autant plus que les moyens nécessaires à la réalisation du film sont importants.

Un matériel pointu techniquement et coûteux

Pour réaliser mes prises de vues, j'ai besoin de tout un environnement technique qui ne se limite pas à une machine et un appareil photo. C’est un ensemble de dispositifs qui me permet d’exercer dans toutes les conditions, pour tous types de missions.

Les tâches à effectuer sont diverses (dérushage/montage/étalonnage vidéo, retouches photos, écriture de scénarios, reportages avec images sol…).

Le savoir faire

Lorsque je réalise de la vidéo, que ce soit au sol ou à l’aide de moyens aériens, je dois intégrer des notions artistiques qui sont les intentions du réalisateur. je ne réalise jamais de vidéo sans avoir en tête les plans que je dois réaliser, et surtout quel devra-t-être le résultat final.

Cela induit des phases préparatoires importantes, telles que réaliser des repérages (ou même recherches de sites), écrire un synopsis et mettre en place un scénario voir un story board (phases très chronophages)… Il ne faut pas oublier qu’ensuite, il faudra trier, monter et étalonner les images pour remettre au client des livrables d’une qualité professionnelle qui seront exploitables directement.

Le pas cher est déjà trop cher…

La réalisation d’un film institutionnel ou d’une fiction demandent un large savoir faire qui n’est pas maîtrisé de tous. La charge de travail peut varier énormément selon la nature et l’ambition du projet, raison pour laquelle il est très difficile de chiffrer ce type de prestations dans l’absolu.

Retenez que si vous souhaitez des rushs vidéo sans post-traitement avec l’objectif de monter vous même les images, cela demande un réel savoir faire. Par défaut, pour des raisons notamment de dynamique de l’image, je tourne la plupart du temps en images brutes qui demandent beaucoup de travail. Si vous n’êtes pas un professionnel et/ou si vous ne savez pas réellement ce que vous faites, vous ne parviendrez pas à exploiter correctement ces images et vous serez nécessairement déçu(e). Il est donc impératif de me demander à minima de réaliser le dérushage et l’étalonnage des images, ce qui là aussi représente un coût, puisque ce sont des phases très chronophages.

Des prestations complètes et complexes

Vous l’avez compris, réaliser des prises de vues aériennes ne se limite pas à sortir un drone du coffre, lui coller 2 batteries, décoller puis encaisser un chèque.

J'ai de fortes contraintes techniques, de plus, le matériel est coûteux et pas assurable (les dégâts qu’il peut occasionner, bien entendu le sont avec une responsabilité civile aérienne), et après l’atterrissage, la journée est loin d’être terminée…

eric APN3.jpg
2.jpg
32.jpg
4.jpg
12.jpg